Henri Wallon

Je me souviens avec précision d’un bock de bière qu’Henri Wallon et moi, nous avons avalé ensemble à la terrasse d’un café, les yeux sur la foule qui déferlait le long du boulevard : nous avions soif, et envie d’échanger quelques mots, mais nous étions pressés de reprendre place dans la manifestation ; c’était le 14 juillet, le Front populaire, et le peuple de Paris traversait sa ville en chantant.

(Vladimir Pozner se souvient)

Docteur H. Wallon
19, rue de la Tour, 19
Trocadéro 65-06
— — — — — —
Sur rendez-vous

11 avril 1937

Mon cher ami,
Merci de votre livre que j’ai lu tout d’une haleine {Le Mors aux dents}.
Le récit est entraînant, plein de relief, de mouvement, de terrible humour. Le drame est à la fois dense et dépouillé.
C’est un livre saisissant et dont je vous félicite de tout cœur.
Bien fraternellement à vous.

Henri Wallon